Disney annonce une date pour lutter contre le partage de mots de passe

Le service de streaming Disney+ veut être procédure annoncée contre les voleurs de mots de passe à l’été 2024. Disney autorise actuellement le partage de comptes, mais à l’avenir, les utilisateurs ne faisant pas partie d’un foyer partagé devront payer leur propre abonnement. Netflix fonctionne déjà Pendant des mois contre la transmission de mots de passe et ainsi reçu plus d’abonnés. Disney souhaite ramener son activité de streaming dans le noir d’ici fin septembre 2024. Au dernier trimestre, elle a enregistré une perte d’exploitation de 216 millions de dollars américains (environ 200 millions d’euros).

Agir contre le soi-disant partage de mots de passe comporte des risques : les utilisateurs mécontents pourraient tout simplement se tourner vers la concurrence. Mais Disney espère l’attractivité de son offre de streaming avec des films et des séries sur « Star Wars », les super-héros Marvel & Co. Le patron de Disney, Bob Iger, mise également gros sur le secteur des jeux. Le groupe investit 1,5 milliard de dollars (environ 1,4 milliard d’euros) dans le développeur « Fortnite » Epic Games. Ensemble, ils veulent développer un « univers Disney » dans lequel, entre autres choses, on peut acheter des jeux ainsi que des objets virtuels et plus tard peut-être physiques, a déclaré Iger sur la chaîne de télévision CNBC. Il devrait exister aux côtés du jeu en ligne « Fortnite » d’Epic mais y être lié. Cependant, le développement pourrait prendre « quelques années », a déclaré Iger.

Les meilleurs services de streaming vidéo

Les ventes du secteur de la télévision par câble sont en forte baisse

Disney a une nouvelle fois bénéficié d’une forte activité avec ses parcs à thème et ses bateaux de croisière au dernier trimestre. Depuis des mois, Wall Street se concentre sur les changements dans le secteur des médias du géant du divertissement. Le secteur de la télévision par câble aux États-Unis, qui a été une source de revenus fiable au fil des années, est en déclin à mesure que de plus en plus de personnes se tournent vers le streaming. Comme d’autres sociétés hollywoodiennes, Disney a créé son propre service de streaming et a accepté des pertes élevées afin de rattraper le leader du secteur, Netflix. Au dernier trimestre, les ventes de la télévision par câble ont chuté de 12 pour cent à 2,8 milliards de dollars (environ 2,6 milliards d’euros), comme l’a annoncé Disney après la clôture de la bourse américaine mercredi. La division a également enregistré un bénéfice d’exploitation de 1,24 milliard de dollars (environ 1,15 milliard d’euros), soit 7 % de moins qu’un an plus tôt. Les revenus du secteur du streaming avec Disney+ et de l’offre sportive ESPN+ ont augmenté de 14 pour cent pour atteindre 6 milliards de dollars américains (environ 5,6 milliards d’euros).

La perte d’exploitation de 216 millions de dollars représente déjà une amélioration significative par rapport à la perte d’un milliard de dollars il y a un an. Dans le même temps, le nombre d’abonnés à l’offre principale Disney+ a chuté de 1 %, à 111,3 millions. Le groupe s’attend à une augmentation de 5,5 à 6 millions d’utilisateurs dans les prochains mois. Netflix comptait récemment plus de 260 millions de foyers clients. L’activité parcs à thème et articles de supporters a généré un bénéfice d’exploitation de 3,1 milliards de dollars (environ 2,9 milliards d’euros) sur un chiffre d’affaires de 9,1 milliards de dollars (environ 8,4 milliards d’euros) au dernier trimestre. Il y a un an, Iger s’était fixé pour objectif de réduire les coûts de 7,5 milliards de dollars (environ sept milliards d’euros). Les économies seront probablement encore plus importantes, a-t-il ajouté. Le chiffre d’affaires consolidé de Disney est resté pratiquement inchangé à 23,5 milliards de dollars (environ 21,8 milliards d’euros). Le bénéfice trimestriel est passé de 1,28 à 1,9 milliards de dollars. Les mesures d’austérité y ont contribué à hauteur d’environ 500 millions de dollars, a souligné M. Iger. Les actions Disney ont augmenté de près de 7 pour cent après les heures d’ouverture. (Avec du matériel de dpa)