Europol réussit à démanteler un réseau de cybercriminalité

La menace de cyberattaques est inquiétante. L’Office fédéral de la sécurité de l’information (BSI) est parvenu à cette conclusion. Début novembre 2023. Les entreprises, en particulier, sont de plus en plus la cible des cybercriminels, qui obligent souvent leurs victimes à payer des rançons au moyen d’attaques dites de ransomware. Un réseau mondial de cybercriminalité aurait volé d’importantes sommes d’argent à de grandes entreprises en utilisant de tels virus de chantage. Cependant, les enquêteurs de l’autorité judiciaire européenne Europol auraient porté un coup important contre les cybercriminels.

Europol arrête les cerveaux

Il s’agissait d’une opération sans précédent : Europol a travaillé en collaboration avec 20 enquêteurs de sept pays de l’UE, dont l’Allemagne. propres informations après avoir pu arrêter un cerveau présumé de 32 ans et quatre de ses complices. Le démantèlement du réseau est le résultat d’une perquisition à grande échelle au cours de laquelle 30 propriétés ont été perquisitionnées en Ukraine. Les personnes arrêtées sont soupçonnées d’être impliquées dans 71 attaques de ransomware contre de grandes entreprises dans le cadre d’un réseau de cybercriminalité et d’avoir récupéré d’importantes sommes d’argent en rançon.

Plus de 250 serveurs paralysés

Avec un soi-disant Attaque de rançongiciel Les pirates informatiques s’introduisent dans les systèmes de leurs victimes et les chiffrent. Il est alors demandé à la victime de payer une rançon pour reprendre le contrôle de ses systèmes et fichiers. Dans l’ensemble, le réseau criminel est associé à l’attaque de plus de 250 serveurs de grandes entreprises ou organisations. Les entreprises ont subi des dommages s’élevant à plusieurs centaines de millions d’euros.

Selon le parquet de Stuttgart et la préfecture de police de Reutlingen (Bade-Wurtemberg), des entreprises de la région de Friedrichshafen et du district d’Esslingen (également Bade-Wurtemberg) auraient également été victimes des criminels. Selon les informations, les enquêtes ont été lancées en 2019 à l’initiative de la France. Les premières arrestations et perquisitions ont eu lieu en 2021. (Avec du matériel de dpa.)