Google pourrait se sauver du procès en matière de protection des données grâce à un règlement

Google peut-il collecter des données lorsque les utilisateurs surfent en mode privé ? Non, a déclaré un groupe de personnes concernées qui ont intenté une action en justice en 2020 exigeant environ 5 milliards de dollars américains (environ 4,5 milliards d’euros) de dommages et intérêts. Après de nombreux échanges, les parties sont apparemment parvenues à un accord sur un règlement.

Cela vient d’un rapport de Agence de presse Reuters dehors. En conséquence, Google a accepté un règlement le 28 décembre 2023. Pour que cela entre en vigueur, les parties en conflit doivent soumettre un accord final à la juge négociatrice Yvonne Gonzalez Rogers avant le 24 février 2024. Ce n’est qu’alors que la question des négociations pourra être réglée.

Mode navigation privée trompeur

Pour justifier le procès initial, les plaignants accusaient Google d’avoir induit les utilisateurs en erreur en 2020. Les activités Internet sont donc surveillées malgré l’utilisation du mode dit incognito, disponible dans de nombreux navigateurs tels que Google Chrome, Mozilla Firefox ou Opéra mis en œuvre, collectés via les technologies publicitaires et les outils d’analyse de Google.

En conséquence, un « trésor » étonnamment important d’informations parfois sensibles est thésaurisé sur les serveurs de Google, affirment les plaignants. En raison de la fausse sécurité que suggère un mode « privé » ou « incognito », outre les données sur les contacts et préférences personnelles, des informations de nature « potentiellement embarrassante » pourraient également être collectées, précise l’acte d’accusation.

La demande d’indemnisation élevée est basée sur un nombre présumé d’un million d’utilisateurs de Google blessés dans l’État américain de Californie depuis le 1er juin 2016 et sur une demande de 5 000 dollars américains (environ 4 500 euros) de dommages et intérêts par personne blessée. Il reste à voir si ces principes seront même partiellement appliqués dans le règlement et si les parties parviendront à un accord.