L’Agence fédérale des réseaux ouvre une procédure d’amende en raison de points morts

En raison de faiblesses du réseau de téléphonie mobile, l’Agence fédérale des réseaux a engagé une procédure d’amende contre les opérateurs de téléphonie mobile Deutsche Telekom et Telefónica (O2) et Vodafone lancés. Cela a été fait « en raison d’un manquement coupable à satisfaire pleinement aux exigences d’approvisionnement dans les délais », selon une lettre de l’Agence fédérale des réseaux, dont dispose l’Agence de presse allemande. Les débats ont été ouverts en septembre, mais ce n’est que maintenant qu’ils sont devenus publics.

Les opérateurs de téléphonie mobile s’appuient sur une règle d’exception

Les gestionnaires de réseau estiment qu’ils n’ont pas violé les exigences d’extension. Ils s’appuient sur une règle d’exception : lorsque l’expansion n’était pas possible pour des raisons juridiques et factuelles – par exemple parce que personne ne voulait louer un terrain sur lequel un mât radio pourrait être installé – l’exigence est considérée comme remplie même sans réseau. L’agence du réseau estime toutefois que cette justification ne s’applique pas dans certains cas et que des antennes auraient pu être installées à certains endroits.

Un total de 500 points morts 4G

Il existe notamment 500 points morts 4G dans lesquels aucun des trois opérateurs de réseau ne permet la réception de 100 mégabits par seconde. Ces taches blanches devraient avoir disparu d’ici la fin de l’année. Toutefois, les entreprises n’ont pas pu le faire pour tous. En outre, les entreprises ne disposent toujours pas d’un bon réseau dans certains tunnels routiers fédéraux, alors qu’elles devraient en avoir un – c’est également l’objet de la procédure.

Les amendes seront probablement faibles

Selon des sources industrielles, le nombre de violations est très faible. Si des amendes sont infligées à la fin de la procédure, elles seront probablement proportionnellement faibles. L’ouverture de la procédure est considérée comme un signal adressé à l’industrie pour qu’elle fasse davantage d’efforts pour se développer et se conformer pleinement aux exigences d’approvisionnement.

Pas le premier cas

Au printemps déjà, l’agence du réseau a ouvert une procédure d’amende contre le nouveau venu 1&1, qui met actuellement en place son propre réseau de téléphonie mobile et souhaite le lancer prochainement. 1&1 a mis aux enchères des fréquences pour la première fois en 2019. L’entreprise devrait avoir activé 1 000 emplacements 5G d’ici fin 2022. En fait, il n’y en avait que cinq. Toutefois, l’autorité n’a pas encore engagé de poursuites pénales contre les opérateurs de réseaux établis. (Avec du matériel de dpa.)