Le centre de conseil aux consommateurs met en garde : vague de fraude chez Commerzbank et ING

Quiconque reçoit actuellement un e-mail de la Commerzbank ou d’ING devrait y réfléchir à deux fois : comme celui de Rhénanie du Nord-Westphalie. Centre de conseil aux consommateurs Comme indiqué sur leur site Web, les fraudeurs envoient actuellement des courriels au nom d’institutions financières. Dans le cas de Commerzbank, ils affirment qu’une mise à jour de l’application PhotoTAN est nécessaire – sinon le processus sera bloqué pour votre accès à la banque en ligne dans quelques jours et votre compte sera donc inutilisable. Chez ING, cependant, des malfaiteurs tentent de demander qu’un contrôle d’identité soit effectué afin de lever un blocage sur la carte de crédit en raison d’une utilisation inappropriée. Vous ne devez absolument pas suivre cela : dans les deux cas, les fraudeurs s’en prennent à vos données pour ensuite effectuer de nombreux achats à vos frais.

Phishing : faux site Web

Les intentions frauduleuses deviennent évidentes au plus tard lorsque vous cliquez sur le bouton contenu dans l’e-mail. Vous serez alors redirigé vers un site Internet avec un masque de saisie similaire au site officiel des établissements de crédit mentionnés. Cependant, il ne s’agit en aucun cas du véritable masque de saisie des banques, mais – comme pour l’e-mail – d’un faux relativement bien conçu. Si vous y saisissez vos coordonnées et les envoyez, les fraudeurs disposeront de toutes les informations dont ils ont besoin pour accéder à votre banque en ligne et à votre compte.

Etes-vous concerné ? C’est ce que vous devez faire !

Si vous recevez un tel e-mail, vous devez immédiatement le marquer comme spam pour empêcher de futures tentatives de phishing d’arriver dans votre boîte de réception. Avez-vous déjà craqué et donné vos coordonnées ? Informez votre banque de l’incident au plus vite et prenez ensemble les mesures nécessaires, comme bloquer votre accès à la banque en ligne ou votre carte de crédit. Dans de tels cas, il est également conseillé de déposer une plainte pénale auprès de la police.