Le patron de la CSU demande la fermeture de 20 chaînes publiques

Le patron de la CSU, Markus Söder, n’est pas connu pour être un fan de la redevance de diffusion et le fait clairement savoir une fois de plus. La nouvelle augmentation de la redevance mensuelle prévue par les radiodiffuseurs publics est hors de question pour la Bavière. Il a demandé que, selon le Mercure de Munich dans un discours prononcé devant les parlementaires de son parti lors de la retraite hivernale de la CSU. Il rejette donc catégoriquement toute surtaxe supplémentaire et souhaite plutôt obliger les radiodiffuseurs à réduire leurs coûts. Si Söder parvient à ses fins, une vingtaine d’institutions publiques devraient cesser complètement leurs activités afin de libérer des ressources pour les offres restantes.

ZDFneo, One & Co. devraient partir

Le responsable de la CSU souhaite notamment supprimer 14 des 72 programmes de radio, dont Radio Bremen et Saarländischer Rundfunk. En outre, Söder souhaite fermer cinq chaînes de télévision spécialisées sur dix et mettre à la retraite, entre autres, ZDFNeo, One et Tagesschau24. Selon Söder, les offres culturelles telles qu’Arte et 3sat pourraient simplement être combinées en une seule chaîne. Du point de vue de Söder, la culture joue de toute façon un rôle trop dominant dans l’audiovisuel public. Il demande en outre que le nombre d’orchestres, de big bands et de chorales qui jouent pour les chaînes soit considérablement réduit. Au lieu de divertissements tels que la satire, les radiodiffuseurs devraient concentrer davantage leurs programmes sur la transmission d’informations.

Söder contre la fin complète pour ZDF

Après tout : Söder ne partage pas l’exigence des autres secteurs de la CSU que la ZDF soit également complètement écrasée. Selon le chef du parti, la structure de base des programmes ARD, ZDF et tiers doit être conservée. La base du débat actuel sur la redevance de diffusion est la demande d’ARD, ZDF & Co. d’augmenter la contribution de 18,36 euros actuellement à 18,94 euros. Cela suscite de nombreuses inquiétudes de la part de la population, dont beaucoup critiquent déjà le modèle tarifaire. Söder estime également que tant le montant que le mode de paiement de la redevance de diffusion ne sont plus d’actualité et devraient donc rencontrer une large approbation parmi l’électorat. Il critique particulièrement les salaires somptueux des réalisateurs. Selon Münchner Merkur, le directeur de la Radio bavaroise gagne 340 000 euros par an, soit environ une fois et demie plus que Markus Söder, lui aussi très bien payé.