Les voitures électriques ne sont pas aussi respectueuses du climat que prévu

Selon une étude, l’utilisation d’une voiture électrique est plus respectueuse du climat que l’utilisation d’une voiture à combustion lorsqu’elle a parcouru 65 000 kilomètres. Cela nécessite que le véhicule soit chargé d’électricité verte. Si en revanche elle est alimentée par le mix énergétique habituel, y compris l’électricité à base de charbon, ce seuil passe à au moins 90 000 kilomètres, selon les informations d’une étude de Düsseldorf du 11 décembre 2023. publié L’enquête menée par la Société pour la technologie des véhicules et de la circulation de l’Association des ingénieurs allemands le montre.

Batterie : Extraction des matières premières problématique

Cela s’explique notamment par le fait que des gaz à effet de serre sont générés lors de l’extraction des matières premières, de la production de batteries et de la livraison depuis l’Asie. « Les voitures électriques et les véhicules hybrides commencent avec un sac à dos écologique dans leur évaluation du cycle de vie en raison de la production gourmande en ressources de la technologie d’entraînement, car la production de batteries a aujourd’hui lieu presque exclusivement en Asie », a déclaré le président de l’entreprise, Joachim Damasky. «À long terme, les voitures électriques et les véhicules hybrides prédomineront dans l’équilibre écologique.»

Le recyclage doit s’améliorer

Il a souligné que le recyclage des matières premières lithium, nickel et cobalt dans l’électromobilité doit être amélioré : « Il reste encore beaucoup à faire ici en Allemagne ». Afin de progresser vers une mobilité plus respectueuse du climat, il faut progresser dans le développement des énergies vertes et dans la mise en place d’une production de batteries moins nocive pour le climat. Seule la production verte de la batterie et de ses matières premières réduit l’empreinte écologique « et rend la mobilité électrique véritablement respectueuse du climat ». (Avec du matériel de dpa.)