Un nouveau système collecte le CO₂ des gaz d’échappement des camions

Le système collecte les émissions de CO₂ des camions

Les camions génèrent des émissions élevées de CO₂. Un nouveau système permet de capter et de stocker les gaz directement à l’échappement.


Lausanne (Suisse). Une étude de l’Université de technologie Chalmers a récemment conclu que, sous certaines conditions, les camions à propulsion électrique sont déjà moins chers que les camions à moteur diesel. Dans l’Union européenne (UE), la majorité des camions utilisent encore des moteurs à combustion, ce qui rend difficile la réduction significative des émissions de CO₂ du secteur logistique.


Des chercheurs de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (ETHL) ont donc développé un système qui capte et stocke les émissions de CO2 des véhicules directement à l’échappement. Les développeurs ont désormais fondé la spin-off Quaptis, destinée à développer et à commercialiser davantage le système.


Le système élimine le CO₂ des gaz d’échappement

Le dispositif de la start-up Quaptis est relié à l’échappement du camion et récupère les gaz d’échappement. Le CO₂ est ensuite séparé de l’azote et de l’oxygène. Ce procédé utilise une poudre spéciale (absorbeur) à travers laquelle passent les gaz d’échappement refroidis. Lorsque la poudre est saturée de CO₂, elle est chauffée grâce à la chaleur perdue du moteur. Cela libère le CO₂ lié et, lors de l’étape suivante, il est comprimé à l’état liquide par le turbolaser. Cela permet un stockage efficace dans un réservoir derrière la cabine du conducteur.

Selon les scientifiques, l’ensemble du processus nécessite peu d’énergie supplémentaire et n’augmente pas la consommation de carburant. Afin d’augmenter l’efficacité du procédé, une poudre organométallique sera utilisée à l’avenir, mais elle n’est actuellement pas adaptée à une production de masse.


Le CO₂ comme matière première industrielle

Le CO₂ collecté peut être pompé dans les terminaux de fret et stocké temporairement dans de grands réservoirs. Il peut ensuite servir de matière première pour diverses applications industrielles, telles que la production d’engrais, de matériaux de construction, ainsi que d’agents extincteurs et de réfrigérants. Il existe également la possibilité d’utiliser le CO₂ collecté pour produire des carburants synthétiques, appelés eFuels.

Bientôt des essais routiers

Jusqu’à présent, Quaptis n’a construit qu’un prototype stationnaire du système. Qaptis prévoit de mettre en service un premier camion test équipé de ce dispositif d’ici fin 2024. Ce camion sera ensuite testé en conditions réelles de circulation afin de récolter des données pratiques. Sur la base de ces données, l’appareil devrait être encore optimisé et prêt à être commercialisé.